picto facebook Institut Humanisme Total picto youtube affranchi IHT picto twitter Institut Humanisme Total picto instagram Institut Humanisme Total picto discord Institut Humanisme Total
Accueil  ⟩   Actualités  ⟩   Actus IHT
Section francilienne

Au sortir de l'atelier de lecture collective, des membres mieux formés et plus soudés

Pendant un mois et demi, douze membres de la section francilienne de l'IHT ont, collectivement, étudié, analysé, expliqué le célèbre texte de Hegel sur la dialectique du maître et de l'esclave. Un travail dont ils sont ressortis mieux armés théoriquement et avec un esprit de camaraderie redoublé.

Partager
Atelier de lecture sur la dialectique du maître et de l'esclave dans la Phénoménologie de l'Esprit de Hegel
Atelier de lecture sur la dialectique du maître et de l'esclave dans la Phénoménologie de l'Esprit de Hegel (Montage Affranchi / Affranchi)
×
Par la rédaction
Lecture 7 min

Le 20 mars 2022, après trois heures d'intenses efforts, les douze participants de l'atelier de lecture collective de la section Île-de-France de l'IHT parvenaient au terme de leur traversée, longue d'un mois et demi, du chapitre le plus connu – et pour cela même sans doute, selon le fameux mot de Hegel, le plus mal connu – de la Phénoménologie de l'Esprit, celui sur la « dialectique du maître et de l'esclave ». Il s'agit en réalité du début du chapitre IV de la première partie, intitulé « Dépendance et Indépendance de la Conscience de Soi : Servitude et Domination », dix pages extrêmement denses, qui déterminent des enjeux encore très actuels jusque dans les résultats les plus avancés, au XXIᵉ siècle, de la méthode du matérialisme dialectique et historique pour l'analyse du temps présent et de la lutte des classes.

Il s'agit pour nous d'aborder des textes qui nous apparaissent d'abord inaccessibles, comme des déserts arides, des océans insondables ou des forêts obscures, dans lesquels aucun d'entre nous n'oserait, seul, faire le premier pas, effrayé devant l'apparente difficulté, de peur de s'y égarer ou d'y être englouti, ou bien d'être vite découragé. Mais, encordés les uns aux autres par l'engagement que nous prenons les uns vis-à-vis des autres, nous pouvons aborder ces textes sans crainte, y progresser opiniâtrement, et avoir le bonheur de les voir s'éclairer progressivement.

C'est là l'intérêt majeur de notre atelier : aborder des textes difficiles mais indispensables pour la formation intellectuelle des militants. C'est le cas de presque tout le corpus hégélien et d'une part importante des textes de Marx et Engels. C'est de ce fait sur ces écrits que s'est concentrée pour l'instant l'activité de l'atelier.

Trois séances durant, nous avons donc arpenté, pas à pas, presque mot à mot, les dix pages du chapitre sur la dialectique du maître et de l'esclave, passant de la traduction de Jean Hyppolite à celle de Bernard Bourgeois, profitant parfois de la connaissance de la langue allemande de certains participants, faisant des détours par les commentaires de MM. Hyppolite, Kojève ou Bourgeois. Nous avons examiné chaque phrase, soupesé chaque concept, pour tenter d'en expliciter le plus clairement possible le sens. Chaque difficulté qui aurait pu s'avérer fatale pour le lecteur isolé est ici assaillie par les efforts d'élucidation collectifs, même si cela ne suffit pas toujours à dissiper totalement les obscurités.

dialectique maître esclave, Hegel, la force des faibles
En complément de cet article, découvrez notre vidéo de cours sur la dialectique du maître et de l'esclave chez Hegel
Découvrir

Chaque séance se déroule sur trois heures, selon le même plan préétabli et une méthode qui s'est élaborée et précisée au fur et à mesure des premières sessions. Nous nous sommes inspirés à la fois de la méthode d'analyse et de commentaire de texte classique ayant cours en classe de Terminale et à l'Université, ainsi que d'une méthode alternative mise au point au XIXᵉ siècle au sein du mouvement ouvrier, et réactualisée par des groupes de résistants pendant la Seconde Guerre mondiale : la méthode dite de l'« arpentage ». Notre méthode a l'ambition d'être la plus précise et la plus efficace possible quant à l'élucidation du sens des textes, tout en assurant l'implication active de chacun des membres de l'atelier. Nous nous fondons sur le principe qu'un savoir n'est pas réellement et profondément acquis s'il n'est pas susceptible d'être retransmis, repartagé. La vérité est une production intersubjective, sociale, comme l'écrivait très bien le philosophe Merleau-Ponty : « Ou bien nous allons au vrai avec [les autres], ou bien ce n'est pas au vrai que nous allons. » Il ne suffit pas d'être récepteur d'un savoir pour le posséder, il faut encore être capable de le reproduire. Notre méthode fait donc la part belle aux présentations orales. C'est le deuxième intérêt majeur de notre atelier.

L'organisation d'un cycle se fait de façon assez classique : un découpage du texte est opéré en suivant en général sa construction même, avec ses parties et sous-parties, et un calendrier bimensuel est mis en place, avec autant de séances programmées que de parties retenues. Ensuite, chaque participant, ou un petit groupe de participants (jusqu'à trois en principe), se porte volontaire pour prendre en charge, pour la séance de son choix, la « restitution » de la partie correspondante.

Chaque séance commence par une courte présentation orale, d'une quinzaine de minutes, par un membre de l'atelier, de ce qui a été lu et étudié à la séance précédente. C'est une façon de renouer avec le fil de notre étude, en même temps qu'un exercice de synthèse et de restitution très utile pour celui ou celle qui s'y attèle. S'ensuivent quarante-cinq minutes ou une heure de lecture silencieuse du texte, comme en bibliothèque. Il nous est apparu très utile de réserver dans la séance cette heure de lecture pour s'assurer que tous les participants aient la possibilité de se confronter au texte, de façon à favoriser la participation active de chacun pendant l'analyse. Il se dégage de cette heure de lecture une atmosphère studieuse et une émulation collective qui permet à chacun de se confronter au texte dans les meilleures conditions. Après cela, le participant ou le groupe de participants qui s'était à l'avance porté volontaire, se charge, pendant une trentaine de minutes, de la « restitution » orale de la partie qui vient d'être lue. Il s'agit d'une restitution qui peut s'approcher d'une brève analyse commentée ayant pour fonction de cerner les enjeux majeurs du texte, sa problématique s'il y a lieu, les concepts importants, en mettant l'accent sur les problèmes ou difficultés que posent ces concepts : c'est un travail de balisage systématique qui prépare l'étape d'analyse et met en avant les points sur lesquels il sera particulièrement important de revenir.

Enfin, une heure durant, nous attaquons le cœur de notre atelier, l'étape de l'analyse collective. Un participant reprend alors le texte à l'oral de façon linéaire, en s'arrêtant à chaque phrase ou difficulté, et la discussion entre les participants a pour but d'extraire ou d'expliciter le sens de ce qui vient d'être lu. La parole circule spontanément pour soulever des doutes, des interrogations et apporter des éclairages. – Que sont l'en soi, le pour soi, l'en et pour soi, et quelle est leur relation ? Quelle est la différence, si elle existe, entre le concept de la conscience, son essence, et sa vérité ? Pourquoi la lutte pour la reconnaissance implique-t-elle de risquer sa vie ? – Il arrive que l'élucidation d'un passage nécessite de se rapporter à un moment antérieur ou ultérieur du texte, qu'on doive mobiliser des exemples concrets pour illustrer un développement abstrait, que l'on fasse un bref détour par un autre texte ou commentaire écrit. La discussion peut aussi s'animer devant des difficultés, des divergences ou désaccords sur le sens d'un passage – mais bon sang, le point de vue développé dans ce passage est-il celui du maître, ou celui du phénoménologue ? Est-il question ici de l'apparence, ou de la réalité ? – La discussion peut enfin finir par tourner en rond. Il est alors de la responsabilité de l'encadrant de l'atelier de recentrer le travail sur le texte et d'en délimiter les difficultés restantes. Cette étape d'analyse collective est celle qui nous permet de voir le texte s'éclairer progressivement, prendre de nouvelles dimensions à mesure que nous le comprenons mieux, et, enfin, couronnement de tout l'exercice, de jeter de nouvelles lueurs de compréhension sur la réalité.

Car ce sont bien là les fruits de nos efforts, de cette méthode exigeante, de cet engagement collectif patiemment renouvelé. Des textes qui nous paraissaient d'abord inaccessibles, qui se dressaient devant nous comme des montagnes escarpées, des forêts impénétrables, deviennent, au fil des séances, au fil du travail collectif, plus familiers. Leurs signes commencent à signifier réellement quelque chose pour nous. Les obscurités se dissipent, faisant place à des clartés nouvelles, et ces clartés rejaillissent sur la réalité. En lieu et place de l'opacité des livres et du monde, des nouvelles transparences nous sont acquises, de l'esprit au texte, et du texte à la réalité. En ce qui concerne plus particulièrement le cycle sur « la dialectique du maître et de l'esclave », c'est par exemple le concept de conscience de soi qui s'enrichit désormais pour nous de déterminations concrètes, le caractère de son doublement qui nous éclaire sur le caractère nécessairement relationnel de toutes les questions identitaires qui agitent le subjectivisme contemporain ; ce sont le processus de la reconnaissance et la lutte à travers lequel il s'opère qui nous deviennent plus perceptibles, plus identifiables, aussi bien dans la quotidienneté de l'intersubjectivité, que dans les phénomènes idéologiques et dans les rapports sociaux ; ce sont encore, entre autres, les fondements d'une théorie du mouvement révolutionnaire qui s'ébauchent dans le jeu dialectique d'inversion nécessaire entre les deux figures de la conscience incarnées successivement par le maître et par l'esclave par la médiation du rapport à l'objet, du travail. Nous sortons de ces cycles de lecture collective mieux armés que nous y sommes entrés pour notre lutte, en saisissant mieux les enjeux profonds et les déterminations variées. Et plus liés les uns aux autres par un sentiment de camaraderie approfondi d'avoir surmonté ces épreuves théoriques ensemble.

La séance s'achève par un quart d'heure dédié aux questions relatives à l'organisation générale de l'atelier (local, choix des textes, calendrier, etc.) ainsi qu'à un retour critique collectif sur notre pratique, notre méthode, de façon à les faire évoluer quand le besoin s'en fait ressentir.

Après avoir commencé l'atelier, début 2022, par la lecture de l'Introduction à la Critique de l'économie politique de Marx (trois séances), l'avoir poursuivi avec le chapitre sur « la dialectique du maître et de l'esclave » extrait de la Phénoménologie de l'Esprit de Hegel (trois séances), puis, à la séance suivante, par deux extraits de la Logique et des Principes de la Philosophie du Droit de Hegel, les participants de l'atelier de lecture collective de la section Île-de-France s'apprêtent à aborder le plus gros massif théorique de l'histoire de leur atelier avec les 160 pages de la Contribution à la Critique de l'économie politique de Marx, dont la lecture commencera ce dimanche 8 mai 2022. Tous les membres de la section, membres de l'IHT de passage dans la région, ou sympathisants invités, sont les bienvenus à se joindre à eux dans cette nouvelle traversée.

Thomas B.

Partager
À la Une
Le Capitole à La Havane à Cuba

Code des familles à Cuba : la reconnaissance de la multiparentalité, un choix révolutionnaire

Le chateau de Foix en Ariège

Meurtre en Ariège, comme un soudain « sentiment d’insécurité »

Qui sommes-nous ?
L'Affranchi IHT est le média de
l'Institut Humanisme Total
En savoir plus
Soutiens-nous
Finance ton média
affranchi de l'idéologie dominante
Faire un don
picto facebook Institut Humanisme Total picto youtube affranchi IHT picto twitter Institut Humanisme Total picto instagram Institut Humanisme Total picto discord Institut Humanisme Total
cours et formations Institut Humanisme Total formations politiques et cours de philosophie marxiste loic chaigneau
Forme-toi
Pour transformer ta compréhension
de l'information
Institut
Rejoins-nous
Adhère à l'Institut Humanisme Total
à partir de 10€ par an
Adhérer
Actus IHT
Rassemblement place de la République à Paris le 1er mai 2022 à l'occasion de la fête internationale des travailleurs

Des membres de l’IHT défilent pour le 1er mai à Paris

Conférence de Loic Chaigneau au Cercle Aristote sur l'intersectionnalité et le marxisme culturel

Conférence de Loïc Chaigneau sur l'escroquerie de l'intersectionnalité (wokisme) et du marxisme culturel

Plus d'articles
LES PLUS LUS
bibliographie conseils de lecture Institut Humanisme Total bibliothèque Voir la bibliothèque livres librairie Institut Humanisme Total bibliothèque Acheter les livres Marx FM Podcast marxiste marx communisme Institut Humanisme Total Écouter Marx FM
picto formation diplome picto vidéos picto i picto theorie picto actualites